Nicolas Lunven                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
Accueil > Voie_deau_a_bord_de_safran_la_situation_est_sous_controle

COMMUNIQUE DE PRESSE / VENDEE GLOBE 2020 / NICOLAS LUNVEN

Voie d’eau à bord de Safran, la situation est sous contrôle

Après un joli début de Transat Jacques Vabre, Morgan Lagravière et Nicolas Lunven ont dû rebrousser chemin hier soir. En cause, une fissure dans la coque au niveau du foil tribord qui a généré une voie d’eau. Impossible de continuer la course dans ces conditions. Joint ce matin, le duo de Safran faisait route vers Brest où il est attendu dans la nuit.
Voie d’eau à bord de Safran, la situation est sous contrôle - media1
Transat Jacques Vabre 2015 sur Safran avec Morgan Lagravière ©Jean-Marie Liot
2015
Transat Jacques Vabre 2015 sur Safran avec Morgan Lagravière ©Jean-Marie Liot

Lundi soir, à 20h20, Morgan Lagravière a contacté la direction de course pour faire part d'une avarie à bord de Safran et annoncer sa décision de mettre le cap sur Brest. Joint ce matin en vacation, Morgan a détaillé la nature de cette avarie et les circonstances dans lesquelles elle est survenue : « La zone de foil est abîmée du côté tribord. Les dégâts se sont propagés autour de cette zone et de l'eau s'infiltre dans le bateau. Nous avons rapidement viré de bord pour mettre hors de l'eau la section de coque abîmée. Au moment de l'incident, les conditions étaient intenses mais pas extrêmes. Il y avait 25 noeuds de vent et 3 à 4 mètres de houle. Le terrain n'était pas particulièrement accidenté et nous n'avons pas entendu de bruit particulier. »

Morgan et Nicolas en sécurité

A 10h ce mardi matin, Morgan Lagravière et Nicolas Lunven étaient à 150 milles de Brest et progressaient à une vitesse de 13 noeuds. Ils sont donc attendus dans le port breton dans la nuit.« Nous sommes tribord amure (vent venant de la droite) et nous naviguons sur le bon bord pour atteindre la côte, rassure Morgan. Un peu d'eau entre parfois dans le bateau quand les vagues tapent sur la coque au vent, mais globalement, la situation n'empire pas et nous sommes en sécurité. » Malgré une déception que l'on devine importante, le tandem de Safran peut se satisfaire d'un bon début de course. Morgan Lagravière : « Bonne vitesse, manoeuvres fluides, choix de voiles cohérents, véritable cohésion dans le duo…  Nous étions dans le coup.. ». Pour Safran comme pour deux autres concurrents de la classe IMOCA, Maître Coq (Jérémie Beyou/Philippe Legros) et Edmond de Rothschild (Sébastien Josse/Charles Caudrelier), la course aura malheureusement été trop courte. Du côté de Safran, il faudra attendre d'être à terre pour analyser précisément l'étendue des dégâts, en connaître les raisons et réparer. « Pour l'heure, nous restons concentrés sur notre objectif qui est de ramener le bateau au port, sans avarie supplémentaire, » conclut Morgan.

(Source: Mille et une vagues)

Actualités

Collisions et suprématies navales au beau milieu de l'Atlantique

Hugo_Boss_Hugo_Boss

14 novembre 2018

Alors que les suprématies se poursuivaient mercredi matin (heure française) au beau milieu de l’Atlantique dans chaque classe de...

L'analyse de Nico Lunven

Hugo_Boss_Hugo_Boss

14 novembre 2018

Alex Thomson continue à creuser l’écart dans les alizés.Désormais à moins de 1000 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre,...

La route est encore longue !

Hugo_Boss_Hugo_Boss

10 novembre 2018

Même si la course semble toucher à sa fin pour les Ultim, la route est encore longue pour tous les autres concurrents. Les IMOCA...

Toutes les actualités