Nicolas Lunven                                                                                                                                                                                                                                                                                                         
Accueil > Avec-nicolas-lunven-vivez-deja-la-meteo-du-depart

Route du Rhum

Avec Nicolas Lunven, vivez déjà la météo du départ de la Route du Rhum 2018

Six jours avant le départ de la prochaine Route du Rhum, Nicolas Lunven, double vainqueur de la Solitaire du Figaro en 2009 et en 2017 et navigateur sur la dernière Volvo Ocean Race avant d’être nommé routeur de Gitana 17 pour cette Route du Rhum 2018, nous livre ce matin son analyse technique sur les premières prévisions météo pour le départ.
Gitana_Team_180731_RIOU_PIKES_GITANA_2422
Gitana_Team_180703_MXH_PIKES_017-2_1
Nico_Routage_Routage
Gitana_Team_20180809_ES_GITANA_586_2

À moins d’une semaine du départ, toute la flotte est désormais à Saint-Malo. Les caisses à outils et tout le matériel de rechange sont déjà à bord des bateaux. Il restera la nourriture, notamment le frais, et les vêtements, qui sont souvent embarqués au dernier moment pour pouvoir être ajustés en fonction du contexte météo. Le Maxi Gitana 17-Edmond de Rothschild , lui, n’arrivera que mardi à Saint-Malo pour cause de coefficients de marée trop élevés.

Ce maxi-trimaran est en effet trop grand, comme la plupart des autres Ultim, pour rentrer dans l’écluse de Saint-Malo. Il devra donc s’amarrer mardi dans l’avant-port de Saint-Malo où les places sont comptées, vu l’envergure de ces géants des mers et étant donné que la hauteur d’eau posait problème à certains endroits ces derniers jours. Heureusement, cela s’arrange désormais avec les coefficients de marée qui baissent cette semaine.

Les yeux commencent évidemment à se tourner vers la météo pour savoir à quelle sauce vont être mangés les solitaires à partir du dimanche 4 novembre. L’assistance météo est interdite pour les monocoques, certes, mais elle est autorisée pour les multicoques pour des raisons de sécurité. J’ai la chance, pour cette Route du Rhum, d’avoir intégré le Team Gitana pour m’occuper du routage météo.

Comme si j’étais à bord

Pendant toute la course, depuis notre PC où la lumière ne s’éteindra jamais, nous serons connectés au trimaran en permanence et nous recevrons toutes ses données quasiment en temps réel : position, vitesse, cap, vent, les capteurs de charges, les configurations de voiles, etc.

Derrière mon ordinateur, ce sera donc comme si j’étais à bord, sauf que je resterai bien au chaud ! Nous échangerons régulièrement avec Sébastien Josse, mais c’est évidemment lui, seul maître à bord, qui tranchera et qui agira !

Et la météo du départ, me demanderez-vous alors ? Malgré une arrière-saison très agréable, il faut se rendre à l’évidence : l’été est bel et bien fini. La semaine précédant le départ va être donc être assez agitée, avec un vaste système dépressionnaire qui traîne sur l’Europe de l’Ouest. Même si cette situation météo ne devrait pas apporter de vents violents, il faudra tout de même avoir sa capuche pas très loin !

Différents scénarios d’évolution

Les ordinateurs commencent à chauffer pour voir également ce qu’il va se passer à partir du départ. Différents outils sont à notre disposition. Tout d’abord, on analyse différents modèles météo, notamment le CEP (modèle européen) et le GFS (modèle américain). Plus tard dans la semaine, nous aurons d’autres modèles à notre disposition, plus fins et plus précis, issus notamment de Météo-France.

Afin d’avoir une tendance à long terme, nous regardons aussi les ensembles de chaque modèle. Ces ensembles regroupent les prévisions faites à partir de situations de départ légèrement différentes mais calculées avec le même algorithme, afin d’explorer quels peuvent être les différents scénarios d’évolution météo.

Lorsque les ensembles donnent des résultats assez proches, malgré des conditions de départ un peu différentes, cela veut dire que la situation météo est stable et que la confiance peut être élevée dans la prévision. Mais lorsque les ensembles sont très différents, la confiance devient faible !

Le Fichier Grib ci-dessus est le modèle CEP pour le dimanche 4 novembre à 12 h UTC, affiché dans Adrena . Évidemment, c’est joli, avec toutes ces couleurs qui représentent la force du vent (l’échelle des vents se trouve en bas à gauche de l’image), mais cela peut encore beaucoup changer car nous sommes sur une prévision à sept jours, avec en plus un contexte assez perturbé.

Une dépression secondaire qui se creuse

La carte ci-dessous est exactement la même qu’au-dessus, mais avec une représentation différente : le champ de couleur correspond à la dispersion des ensembles du modèle CEP, c’est-à-dire l'écart-type observé sur les 51 scénarios différents calculés avec le même algorithme !

En d’autres termes, cela correspond à l’erreur potentielle théorique admise par le modèle, soit de 4 à 8 hPa de variations au niveau de la France, mais cette «confiance» tombe sur le proche Atlantique (de 8 à 12 hPa) à cause de cette dépression secondaire qui se creuse dans le Sud-Ouest de l’Irlande ! Ces phénomènes sont souvent difficiles à prévoir à long terme pour les modèles météo.

À ce stade, inutile donc de faire déjà des pronostics sur la stratégie à suivre après le départ. On commencera à regarder cela lorsque l’on aura une vue du contournement de l’anticyclone des Açores, c’est-à-dire seulement trois ou quatre jours après le départ pour un bateau comme le Maxi Edmond de Rothschild !

Actualités

Collisions et suprématies navales au beau milieu de l'Atlantique

Hugo_Boss_Hugo_Boss

14 novembre 2018

Alors que les suprématies se poursuivaient mercredi matin (heure française) au beau milieu de l’Atlantique dans chaque classe de...

L'analyse de Nico Lunven

Hugo_Boss_Hugo_Boss

14 novembre 2018

Alex Thomson continue à creuser l’écart dans les alizés.Désormais à moins de 1000 milles de l’arrivée à Pointe-à-Pitre,...

La route est encore longue !

Hugo_Boss_Hugo_Boss

10 novembre 2018

Même si la course semble toucher à sa fin pour les Ultim, la route est encore longue pour tous les autres concurrents. Les IMOCA...

Toutes les actualités